HommageLittératurePortrait

Seydou Badian, un écrivain attaché au Mali et à l’Afrique

Seydou Badian, un écrivain attaché au Mali et à l'AfriqueSeydou Badian Kouyaté

Comme avec Yambo Ouologuem en 2017, une belle figure de la littérature africaine nous quitte en cette fin d’année 2018. Il s’agit de l’écrivain et homme politique Seydou Badian Kouyaté décédé le 28 décembre 2018 à l’âge de 90 ans. Son œuvre la plus célèbre reste indiscutablement le roman « Sous l’orage ». Il y dépeint admirablement le conflit des générations en Afrique au fil du temps. Mais Seydou Badian Kouyaté était surtout un homme très attaché à son pays le Mali. De par ses actions il a contribué à en écrire l’histoire.

« Un homme lié à son peuple, et à l’Afrique »

C’est par ces mots que Seydou Badian résume l’œuvre de sa vie. Et on ne saurait trouver une définition plus juste de la vie de cet homme au parcours atypique. Médecin formé en France, il est de retour au Mali en 1956 et y exerce sa profession avant de s’engager en politique aux côtés du premier président malien Modibo Keita. Seydou Badian se rappelle avec beaucoup de fierté,

Je fais partie de ceux qui ont conduit ce pays à l’indépendance le 22 septembre 1960. Ce fut véritablement une journée extraordinaire.

Un écrivain reconnu internationalement

Avec sa plume remarquable, Seydou Badian Kouyaté participe à la création de l’hymne national malien. Grand poète, il laisse derrière lui des œuvres littéraires d’exception. Son premier roman « Sous l’orage suivi de la mort de Chaka » n’a pas pris une ride depuis sa parution en 1957. Il continue encore d’être enseigné dans de nombreux collèges et lycées en Afrique de l’Ouest. Militant par la plume, Seydou Badian Kouyaté n’a jamais manqué de donner son avis sur les sujets sensibles de l’histoire malienne. Même si cela lui a valu par moment certaines inimitiés, tout le monde s’accorde à croire que c’était un homme d’une grande sagesse. La bibliographie de l’écrivain malien comprend également Les Dirigeants africains face à leurs peuples, grand prix littéraire d’Afrique noire, Le Sang des masques, Noces sacrées et La Saison des pièges.

  • 163
  •  
  •  
  •  
  •  
Laisser un commentaire