Poésie

Poème : Est-elle l’égale de l’homme

poeme femme africaine© M Meijerink

Je suis né un mardi, c’était avant-hier très tôt

Sous le  regard d’un père au sourire inquiet mais haut

Tu me dorlotais, me gavais de tes seins et d’eau

C’était la venue d’un champion  fragile comme l’agneau,

Sous le soleil ardent et devant les précipices du puits

Tu partais chercher de l’eau pour la bouillie

Et le fagot providentiel sur la tête pour chauffer la marmite

Au milieu du danger  pour les yeux des pailles et d’écorces de mil,

Le feu au bout des doigts, les fesses du faitout sur le pagne

Tu trimais pour me donner et redonner le sourire

Et hier matin maman je t’ai beaucoup fatiguée

Et parfois après moi tu étais fâchée,

Parce que je te faisais connaître  des revers

Et cela, matin midi dans mes actes de travers

Et aussi tu voyais les enfants  du voisin à côté

Et tu te demandais pourquoi le tiens

Etait comme ça avec toi parfois

Je remarquais  très souvent des larmes à tes yeux

Et très souvent le sourire te manquait

Ce mal te faisait maigrir autant que les douleurs te gondolaient

Mais ton amour était plus fort que tous ces maux

Quand je souris, tu étais aux anges et tu oubliais ces maux,

Hier après-midi tu as appris que George a eu un boulot à la banque

Et cela t’a inquiétée mais de moi tu n’as pas  eu un seul doute,

Hier soir  à la télé  ils parlaient d’infériorité de la femme

Ce matin je les rencontre dans la rue en train de prôner l’égalité des sexes,

Il m’était très difficile de les regarder droit dans les yeux

Ce jour, toute la journée j’ai eu les larmes silencieuses aux yeux,

Et plus tard je me suis rappelé un de tes mots d’hier

Seule toi me faisais savoir qu’aujourd’hui ne serai pas hier,

Alors comme tu m’as toujours appris, je voulais revenir vers toi

Car vers qui je pourrais partir si ce n’est toi

Mais avant,  t’appeler au téléphone pour te fatiguer comme hier matin

Mais papa m’a fait savoir que tu étais déjà  demain

J’aimerais que tu saches que tu ne seras jamais mon égale

Et je ne sais pas et je ne saurais être égal à une mère

Car à jamais tu es et tu resteras ma supérieure

A toi de là où tu es.

 

 

La culture ajoute son grain de sahel
Abonnez-vous pour plus rien manquer!

  • 85
  • 3
  •  
  •  
  •  
Levis Togo
Levis Togo
Levis Togo, surnommé Elvis pour ses amis et collègues est né dans la région de Mopti (Venise malienne), Diplômé du conservatoire des Arts Métiers et Multimédia Balla Fasséké Kouyaté de Bamako en Mise en scène, il écrit des textes pour le théâtre, comme pour le cinéma, des nouvelles et de la poésie.

9 commentaires

Laisser un commentaire

La culture ajoute son grain de sahel
Abonnez-vous pour plus rien manquer!