CultureLittérature

#Mauritanie 5 auteurs que vous devez lire absolument

Mauritanie 5 auteurs que vous devez lire absolumentMauritanie 5 auteurs que vous devez lire absolument

Au sein de la République islamique de Mauritanie, l’arabe est la langue de référence dans pratiquement tous les domaines. Dans un tel contexte, la littérature francophone n’est pas ce dont on entend le plus parler. Et pourtant il existe des auteurs francophones d’exception en Mauritanie. Même si la première œuvre littéraire d’un mauritanien en français date seulement de 1966, en dépit du fait qu’une bonne partie des mauritaniens la méconnaît, il existe bel et bien dans le pays au million de poètes une littérature francophone de qualité. Si vous n’en êtes pas convaincus, voici la preuve par cinq plumes.

Oumar Bâ

On lui doit la première œuvre francophone signée par un mauritanien. Depuis son Presque griffonnages ou la Francophonie paru en 1966, Oumar Bâ s’est illustré comme l’un des poètes les plus talentueux de sa génération avec des œuvres telles que Odes sahéliennes ou encore Paroles plaisantes au coeur et à l’oreille. Décédé le 12/02/1998 à Nouakchott, Oumar Bâ a le mérite d’avoir posé la première pierre à l’édification d’une littérature francophone en Mauritanie.

Tène Youssouf Gueye

Celui que l’on surnomme désormais le martyr de la plume était avant tout un haut fonctionnaire de son pays après l’indépendance. Il s’est illustré à travers des œuvres telles que Les exilés de Goumel, (1968) A l’orée du Sahel, (1975) Sahéliennes, (1975) Rella, (1985) avant de mourir dans les geôles mauritaniennes en septembre 1988 accusé d’avoir critiqué son gouvernement. De la vie de Tène Youssouf Gueye, il ne faut pas seulement retenir ce triste épisode mais plutôt son œuvre littéraire qui mérite d’être plus vulgarisée.

Tène Youssouf Gueye

Mbarek Ould Beyrouk

Mbarek Ould Beyrouk a reçu le prix Ahmadou Kourouma pour son roman Le Tambour des larmes en 2016. Mais avant cela, cet écrivain journaliste s’est fait connaître avec son emblématique Et le ciel a oublié de pleuvoir paru en 2006.

Ecrivains et auteurs Mauritanien à lire
Mbarek Oul Beyrouk © Arnaud Contrerars

Jean-Louis Chambon critiqua ce roman en ces termes «C’est avec une poésie âpre et tranchante que Beyrouk donne la parole à ses personnages, dont les voix entrelacées expriment la profondeur et l’intimité des passions ; la société traditionnelle maure y est décrite comme bâtie sur des liens d’oppression, supplantée par l’administration moderne, qui ne fait qu’installer son propre ordre coercitif. »

Mbarek Ould Beyrouk et le ciel a oublié de pleuvoir

Moussa Ould Ebnou

Né à Boutilimit en 1956, ce docteur en philosophie nous a gratifié de deux grandes œuvres : Amour impossible et Barzakh. Ce dernier roman raconte l’histoire de Gara, vendu comme esclave par son père qui à travers mille péripéties prouve que le mal triomphe toujours. Ce pessimisme assumé de l’auteur est sans doute ce qui en fait une œuvre remarquable. Moussa Ould Ebnou a également participé à la publication de trois tomes des Contes et proverbes de Mauritanie.

Ousmane Moussa Diagana

Ousmane Moussa Diagana

Né en 1948 et décédé en 2001, Ousmane Moussa Diagana était un amoureux de sa Mauritanie natale. Il lui consacra d’ailleurs une ode dans son premier recueil de poèmes intitulé Notules de rêves pour une symphonie amoureuse (1994). Il y dira notamment que son « pays est une perle discrète ». Mais si la Mauritanie peut se vanter d’être le pays au million de poètes, c’est bien parce qu’elle a enfanté des perles telles que Ousmane Moussa Diagana.

Notules-de-reves

  • 20
  •  
  •  
  •  
  •  
Laisser un commentaire