CultureSociété

«Samba kolongal» l’emblématique chaussure des bergers Peulhs

chaussure peulh berger  fulanichaussure peulh berger fulani

La chaussure en silicone de couleur bleue aux noms multiples, «Samba kolongal» ou «fula jifilen» pour certains et «samara boulama» pour d’autres est devenue une pièce maîtresse de la culture peulhe. Un objet identitaire représentatif de la communauté peulhe tout comme le chapeau « Tengade ». Si les peulhs de la grande ville s’en sont débarrassés, le «Samba kolongal» continue  d’accompagner les jeunes bergers à la quête de nouveaux pâturages. Sans complexe les jeunes garçons et filles du milieu peulh se sapent en «fula jiflen» made in Africa tout comme d’autres  se sapent en Louboutin, Yves Saint Laurent ou WatiB .

Pourquoi l’appellation fula jifilen?

«Fula jifilen» veut dire en français gobelet peuhl. Dans la brousse au milieu de nulle part, il était extrêmement difficile pour les bergers de se trouver un gobelet pour boire l’eau du fleuve. Un jour un éleveur fut inspiré d’utiliser sa chaussure fermée irrespirable pour boire en toute tranquillité. Il se déchaussa pour nettoyer sa godasse et s’en est servi pour boire. Ce mythe propagandiste a été véhiculé par les cousins à plaisanterie des Peulhs. Certes un mythe, mais aussi une réalité qui témoigne de l’intelligence des Peulhs à s’adapter à leur milieu et d’utiliser tous les moyens pour s’en sortir du jeu.

Une chaussure made in Sahel :

Un design de haut standing à prix compétitif avec des couleurs bien choisies: le blanc ou le bleu. Deux couleurs capitales dans le classement chromatique de la mode fulfuldé. Les habits peulhs sont généralement blancs ou bleus. Les chaussures aussi obéissent à ces couleurs pour une harmonie vestimentaire. Certaines chaussures sont de couleur or. Cela non plus n’est pas un hasard. C’est pour se marier au tissu et boucles d’oreilles jaunes portés par les femmes peulhs. Chaussure extrêmement légère, elle est équipée d’un lacet permettant de serrer plus ou moins la chaussure aux pieds.

Chaussure pulhe, fula jiflen #fulani #peulh #chaussure #fulajiflen #model #mode #culture

Une publication partagée par Ayouba Sow (@ayoubasow) le

Très pratique pour le sport notamment les courses, d’où son utilisation par certains jeunes amateurs de football. La couleur du lacet est différente de celle de la chaussure histoire de la rendre plus jolie. Elle est l’une des chaussures fabriquées en Afrique de l’Ouest sans importation de la matière première. Elle est fabriquée en Côte d’Ivoire et au Mali à base de plastique recyclé par des enfants et femmes. Porter cette chaussure, c’est consommer Ouest-africain.

« Je ne prête pas ma chaussure bleue », dixit Habib Koïté :

L’artiste malien Habib Koïté qui a chanté «Samara Boulama (chaussure bleue)» a largement contribué à la promotion de cette chaussure.

 

L’artiste Burkinabè Dicko Fils, ambassadeur de la culture peulhe donne une large visibilité à cette chaussure à travers ses clips.

La culture ajoute son grain de sahel
Abonnez-vous pour plus rien manquer!
  • 180
  •  
  •  
  •  
  •  
Ayouba Sow
Ayouba Sow
Ayouba Sow, jeune journaliste et blogueur malien. Né à Mopti au centre du Mali, où j'ai passé une grande partie de mon enfance dans une culture arc-en-ciel influencée par les différentes ethnies du terroir. Je suis journaliste depuis 2015 et prépare actuellement un master en journalisme international numérique. Mes sujets favoris sont la politique, le cinéma, la littérature, les créations artistiques, la culture et le voyage. J'aime écrire pour faire partager mon savoir et mon expérience de la vie. Je vous invite à en apprendre davantage à travers mes articles …
Laisser un commentaire

La culture ajoute son grain de sahel
Abonnez-vous pour plus rien manquer!