ModeSociété

Ikalook habille des orphelins pour la fête du ramadan

Bèkaseli habit pour orphelins grace à Ikalook ©oman SethHabillé par Ikalook, les enfants se prêtent à une séance de shooting devant les objectifs du photographe © oman Seth

A l’orphelinat « Falatow jigiyaso » la joie se lisait sur le visage de tous les enfants. Ils étaient tous excités. Pour cette fête du ramadan, tous les enfants de l’orphelinat ont pu se vêtir d’habits de fête tout neufs cousus sur mesure par la marque Ikalook. Namissa Sow, la créatrice de ikalook n’a ni traîneau, ni une longue barbe et ne passe pas non plus par une cheminée mais elle a un grand cœur. Largement suffisant pour partager.

Tout est dit dans le nom du projet: « Bèkaseli », qui veut dire en bambara la fête pour tous. A travers ce projet Ikalook veut donner aussi la possibilité aux enfants orphelins de profiter de la joie de la fête. Se vêtir, être beau vêtus de bazins éclatants. Un projet réussi grâce à la contribution de généreux donateurs.

 

[BEKASELI] Les « enfants » ces êtres qui cristallisent en eux la joie, l’innocence la naïveté et le bonheur leur lèvres ne connaissent pas le mensonges avant que les adultes de leur enseigne leur yeux ne connaissent pas le malheur avant que la société de leur la diffuse. Comment ne pas les aimer ? Ce projet fera suite a un petit film signé studioseth a suivre très bientot Nous vous remercions du fond du coeur pour ce beau projet que vous venez de rendre possible grâce à vos dons. Mercii pour votre Générosité Que Dieu vous le rende au centuple! Réalisation photo:@sethphotographe #Awnibaradji #Ikalook #Bèkaseli #smile #fashion #outfit #africanfabric #bazin #Mali #MadeInMali #Teamstudioseth #futurcom

Une publication partagée par Oman Seth Ahouansou (@sethphotographe) le

  • 29
  •  
  •  
  •  
  •  
Georges Attino
Georges Attino
Journaliste, photographe et blogueur, je partage avec vous sur ce blog l’autre version du Sahel. Le Sahel plein de vie, de joie et de bonne humeur. Enroulez votre chèche, prenez une bouteille d’eau et allons à la (re) découverte de cet oasis de culture.
Laisser un commentaire