Société

ModeSociété

Ikalook habille des orphelins pour la fête du ramadan

A l’orphelinat « Falatow jigiyaso » la joie se lisait sur le visage de tous les enfants. Ils étaient tous excités. Pour cette fête du ramadan, tous les enfants de l’orphelinat ont pu se vêtir d’habits de fête tout neufs cousus sur mesure par la marque Ikalook. Namissa Sow, la créatrice de ikalook n’a ni traîneau, ni une longue barbe et ne passe pas non plus par une cheminée mais elle a un grand cœur. Largement suffisant pour partager.

ModeSociété

Assetou Diallo, la beauté et la mode dans la peau

« C’est la différence qui est jolie » chante Salif Keïta. Cette différence, les personnes atteintes d’albinisme la connaissent et en souffrent en Afrique. Dans beaucoup de pays les albinos sont mal vus en raison des pouvoirs maléfiques qui leur sont attribués. Depuis quelques années de plus en plus d’albinos illuminent les tapis rouges des défilés de mode. Assetou Diallo est une de ces nombreuses étoiles. Elle a su faire de cette différence un atout. La mode représente pour elle un moyen de s’affirmer et de sensibiliser sur l’albinisme.

Société

#Mali renforcer la protection des albinos surtout à l’approche des élections

Le choc reste palpable après le meurtre et la décapitation d’une petite fille albinos de 5 ans à Fana dans la région de Koulikoro au Mali. Cet assassinat qualifié de crime rituel à quelques jours des élections présidentielles n’en finit pas de déchaîner les passions. On est choqué, horrifié, surpris… Malheureusement, ce n’est pas un cas isolé. Les personnes souffrant d’albinisme sont sujet à de nombreux préjugés, idées reçues et discriminations de tout genre particulièrement en Afrique subsaharienne. Comment remédier à ce fléau ? Comment améliorer le quotidien des albinos au Mali, en Afrique et dans le reste du monde ? La première option reste la sensibilisation.

Société

La messe de Samuel Fosso, le pape noir

Un pape noir à Bamako? C’est la représentation « afrofuturiste » que Samuel Fosso a présenté lors de la biennale de la photographie. Le temps d’une exposition, le photographe camerounais a transformé la galerie Medina en Vatican. Le génie de l’autoportrait questionne la vénération de la « blancheur » à notre époque.

Société

#Mali Sensibiliser sur la condition des fous avec la photographie

L’art peut et doit faire bouger les choses au sein de la société malienne. Le photographe Gadiaba Kodio en est convaincu. Muni de son appareil photo il décide de s’attaquer à un problème qui lui tient à cœur: les conditions de vie des fous dans les rues de Bamako. Pour cela, le photographe fait appel au jeune styliste et chorégraphe confirmé Jean Kassim Traoré. A eux deux ils mettent sur pied une performance dans les marchés et autres places publiques de la capitale malienne. Jean Kassim Traoré se déguise en fou et Gadiaba Kodio le suit discrètement pour photographier les réactions des gens.

Société

Les photos de postérieur, une tendance qui fait fureur

Je vous expose aujourd’hui une réalité, un phénomène qui fait un ravage sur les réseaux sociaux: le back-picture ou photos de postérieur. Cette nouvelle tendance photo ne passe pas inaperçu et explose les like et Follow. Le numérique et les réseaux sociaux ont bouleversé nos façons d’immortaliser les bons moments. Tous les utilisateurs de smartphones sont devenus photographes expérimentés au fil du temps. Les célébrités des réseaux sociaux qui explosent les vues ont presque fini de prendre les photos de face. Maintenant elles optent pour les back-picture, de dos ou de profil. Elles portent leur fond de valise pour se positionner dos au téléphone, histoire d’exposer leurs formes. L’objectif de cette tendance 2.0 semble bien évident. Alors il a lieu de se demander si le postérieur attire plus que le visage. 

Culture

Le chameau, ce fidèle compagnon qu’on aime bien déguster

Dans le désert, on ne fait pas grande différence entre chameau et dromadaire. En bambara par exemple, l’appellation -Nyôngônmè- est la même quelque soit le nombre de bosses de l’animal. La culture populaire associe facilement le chameau aux peuples nomades. Et pour cause, la plupart du temps, quand on voit un homme dans le désert, un chameau n’est jamais bien loin. Il aide à transporter les bagages et à bien d’autres usages. Et ce fidèle compagnon, habitué du désert et de son austérité remplit également très bien la panse. En fait, tout est bon à prendre chez le chameau.