Culture

Culture

Le chameau, ce fidèle compagnon qu’on aime bien déguster

Dans le désert, on ne fait pas grande différence entre chameau et dromadaire. En bambara par exemple, l’appellation -Nyôngônmè- est la même quelque soit le nombre de bosses de l’animal. La culture populaire associe facilement le chameau aux peuples nomades. Et pour cause, la plupart du temps, quand on voit un homme dans le désert, un chameau n’est jamais bien loin. Il aide à transporter les bagages et à bien d’autres usages. Et ce fidèle compagnon, habitué du désert et de son austérité remplit également très bien la panse. En fait, tout est bon à prendre chez le chameau.

Evènement

Au commencement était la biennale de la photographie africaine à Bamako

Tout a commencé un 6 décembre 1994 au palais de la culture Amadou Hampaté Bâ. Le président Alpha Oumar Konaré inaugure la première édition des rencontres de la photographie de Bamako. Depuis ce jour  jusqu’à l’inauguration de la 11 ème édition de la Biennale de la photographie il s’est passé du temps. Du temps qui a bonifié cette rencontre jusqu’à ce qu’elle devienne la grande messe de la photographie africaine. Une messe que l’on doit à une prêtresse de la photographie, Françoise Huguier.

Cinéma

#Cinéma: « It must make peace » unir les peuples par la musique

C’est un film que vous devez voir à tout prix. « It must make peace », c’est un voyage dans les profondeurs de la musique traditionnelle malienne. De belles images, de la bonne musique qui vous emmènent au coeur des artistes passionnés et ancrés dans la tradition. Les artistes Afel Bocoum, Toumani Diabaté, Mylmo, Inna Baba  et bien d’autres témoignent et chantent la nécessite de la musique dans un Mali qui sombre. Une culture ancestrale qui joue un rôle important pour rapprocher les peuples, tout en cherchant l’unité et la paix. Paul R. Chandler a réalisé ce documentaire de 2016.  Il est diffusé en avant-première à Bamako pendant le festival « A la croisée des chemins » ce mardi 21 novembre 2017 à 19h à l’institut français de Bamako.

CultureEvènement

Le cirque prend son envol à Bobo Dioulasso

La  capitale culturelle du Burkina Faso fait son cirque. La ville de Bobo Dioulasso accueille la troisième édition de son festival des arts du cirque. Un événement qui rassemble des compagnies venues du Togo, de la Guinée de la France et bien évidemment du Burkina Faso. Jusqu’au 18 novembre les acrobates vont assurer une série de spectacles pour le plus grand bonheur des bobolais.

CultureLittérature

#Mauritanie 5 auteurs que vous devez lire absolument

Au sein de la République islamique de Mauritanie, l’arabe est la langue de référence dans pratiquement tous les domaines. Dans un tel contexte, la littérature francophone n’est pas ce dont on entend le plus parler. Et pourtant il existe des auteurs francophones d’exception en Mauritanie. Même si la première œuvre littéraire d’un mauritanien en français date seulement de 1966, en dépit du fait qu’une bonne partie des mauritaniens la méconnaît, il existe bel et bien dans le pays au million de poètes une littérature francophone de qualité. Si vous n’en êtes pas convaincus, voici la preuve par cinq plumes.

CultureReportage

Les Héros du Sahel plus forts que Naruto et Super Man?

« Aussi violent et chaud que le soleil du Niger puisse être… de lui je puise ma force et avec elle je combattrai pour la justice et l’égalité ». Telle est la devise de Shamsou, personnage central du jeu vidéo à succès « Les Héros du Sahel ». Un jeu entièrement produit et financé par le nigérien Mahaman Sani Housseyn Issa. « Les Héros du Sahel » ont pris du service le 26 Août 2016 et le jeu a été téléchargé environ 4000 fois les deux premières semaines qui ont suivi sa mise en ligne. Plus d’un an après le lancement, j’ai contacté Mahaman Sani Housseyn Issa le geek sahélien pour qu’il nous raconte la genèse des Héros du Sahel.