CultureSociété

Burkindi, quand la mode fait sa révolution au Burkina Faso

Burkindi la mode fait sa revolutionBurkindi la mode fait sa revolution

Difficile de se promener à Ouagadougou sans tomber sur les t-shirts Burkindi. Une marque qui puise son essence dans les symboles du Burkina Faso. Les vêtements Burkindi veulent insuffler la fierté d’être Burkinabè. Un patriotisme vestimentaire qui a pris son envol au lendemain de l’insurrection populaire qui a vu les Burkinabè mettre fin à 27 ans de règne de Blaise Compaoré.

Burkindi, fait par les Burkinabè et pour les Burkinabè

Gilbert Tiendrebeogo a lancé officiellement la marque Burkindi le 14 novembre 2014. Soit deux semaines après la chute de Blaise Compaoré. Mais bien avant Gilbert Tiendreobeogo plus connu sous le nom de Bill, avait commencé à vendre ses habits floqués Burkindi. L’ancien commerçant  fatigué de vendre des contrefaçons à décidé de lancer sa propre marque. Un pari de l’originalité avec des vêtements fait au pays des hommes intègres, par les Burkinabè et pour eux. Une idée qui a séduit à un moment où le vent de la fierté Burkinabè soufflait dans tout le pays. Une fierté qui rayonne à travers la reconquête de la liberté et de la démocratie. Pour surfer sur cette vague Bill et son équipe ont misé sur les emblèmes du Burkina Faso.

Les symboles du Burkina Faso

A dominance rouge vert et avec une étoile jaune, la marque Burkindi présente aisément les symboles du Burkina Faso. L’étalon, l’animal emblématique du pays des hommes intègres trouve également sa place.

La marque fait également un clin d’oeil à Thomas Sankara le capitaine révolutionnaire qui a marqué l’histoire du pays et continue d’inspirer toute la jeunesse africaine. Le ditanyè, l’hymne national du Burkina Faso est aussi floqué sur les t-shirt.

  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
Georges Attino
Georges Attino
Journaliste, photographe et blogueur, je partage avec vous sur ce blog l’autre version du Sahel. Le Sahel plein de vie, de joie et de bonne humeur. Enroulez votre chèche, prenez une bouteille d’eau et allons à la (re) découverte de cet oasis de culture.
Laisser un commentaire